Les objectifs simples du bâtiment passif

Les objectifs d’un bâtiment passif peuvent être résumés simplement :
réduire au maximum les consommations énergétiques pour le chauffage et le rafraîchissement et assurer un très bon confort toute l’année.
Et se préciser par quelques principes :

  • Limiter au maximum les besoins thermiques du bâtiment (en chaleur ou en rafraichîssement) par :

  • une très forte isolation des murs et des menuiseries extérieures,
  • une perméabilité à l’air très faible,
  • la suppression de tous les ponts thermiques,
  • la réduction drastique des pertes par la ventilation.

  • Récupérer et conserver au maximum les apports gratuits :

  • optimiser les surfaces vitrées et leurs orientations pour récupérer un maximum d’énergie solaire passive en période de chauffage,
  • utiliser des vitrages performants qui laissent entrer la chaleur du soleil.

  • Garantir un confort optimal en mi-saison et en été :

  • principalement par la mise en place de protections solaires adaptées,
  • par la mise en place de ventilation naturelle,
  • éventuellement par la mise en place de systèmes complémentaires (puits canadiens, etc.),
  • la forte isolation et la maîtrise de la perméabilité jouent également ici un rôle majeur.

Découvrez comment bien isoler vos combles …

Un isolant thermique peut se dégrader !

Une couverture en tuiles n’est pas totalement étanche à la pluie et à la neige. Cependant, lors d’un aménagement des combles, il arrive fréquemment que l’isolation thermique soit posée en toiture directement sous chevrons sans que la problématique du pare-pluie n’ait été traitée.
pourcent_isolation
Si, jusqu’alors, la pluie pouvait traverser la couverture et venir ‘mouiller’ les combles non-utilisés, cela ne portait guère préjudice à la charpente naturellement ventilée. Le raisonnement ne peut plus être le même dès que vous décidez d’aménager ces combles. Cette eau peut venir humidifier l’isolant.
Or, non seulement l’eau est préjudiciable pour le matériau lui-même mais, de surcroît, elle nuit considérablement à sa capacité d’isolation thermique. C’est pour cela que la pose d’un pare-pluie est absolument nécessaire afin de protéger l’isolation rapportée.

Une seule et unique solution: la sous-toiture

Malheureusement, certains posent encore l’isolant directement sous les tuiles sans autre forme de procès.
La seule alternative technique consiste à placer un élément pare-pluie par-dessus les pièces de charpente. Dans la grande majeure partie des cas, ceci oblige à détuiler l’ensemble de la toiture.
Au regard de son coût (intervention extérieure, échafaudage, …), cette prestation n’est que très rarement comprise par les maîtres d’ouvrage qui préfèrent souvent se retourner vers l’artisan qui ne la propose pas. D’autant que, d’un point de vue juridique, la pose d’un pare-pluie n’est qu’une recommandation, et non une obligation.

Agir avec rigueur et professionalisme

Il ne faut jamais faire l’impasse sur le diagnostic de l’état existant. Ce dernier permet de connaître la composition et l’état de conservation de la charpente (étanchéité, dégradations, présence d’insectes, défauts, …) et de vérifier la capacité de la structure à accepter telle ou telle surcharge.
Isolant-Toiture

Quelle isolation?

Le choix de la solution d’isolation peut alors être fait en connaissance de cause : en rouleaux, panneaux, insufflation sèche ou en projection humide, isolation extérieure de type Sarking, … Une attention sera naturellement portée à ce que de bonnes performances thermiques soient obtenues (si possible R>6 m².K/W. soit environ 24cm d’un isolant de type Laine Minérale).

Sarking: isolation thermique extérieure

Pour de nombreuses raisons, notamment thermiques, la solution de type Sarking est à privilégier. La solution d’isolation Sarking permet d’insérer un lit continu d’isolant thermique entre la charpente et la couverture. C’est une « isolation extérieure » sous couverture (qui oblige à la dépose de la couverture existante) et qui se traduit par la pose d’un écran rigide et d’un pare-vapeur sur les chevrons.

isolant_type sarkling

L’étanchéité à l’air de cette surface doit, bien entendu, être assurée en tous points, y compris en périphérie et aux interfaces avec les autres surfaces du bâti (murs, pignons, planchers, …). Les panneaux isolants sont ensuite posés avant d’être eux-mêmes recouverts d’un pare-pluie (en panneau ou film). Puis les contre-chevrons et les liteaux sont mis en œuvre pour supporter la couverture finale. Une variante courante consiste à mettre en œuvre des panneaux préfabriqués sandwiches bois (complexes isolants complets directement posés sur la charpente existante). Dans tous les cas, il convient de laisser une lame d’air supérieure à 3 cm entre les tuiles et l’isolant de façon à éviter les chocs thermiques sur la toiture et à faciliter la ventilation de cette zone.

La surépaisseur du Sarking par rapport à l’état existant oblige à un nouveau traitement en rives qui peut parfois avoir une grande importance en termes d’esthétique ou de réglementation locale (hauteur des constructions, …).

Un autre point d’attention est à porter sur cette technique lorsqu’elle est utilisée comme isolation de logements contigus, car elle peut induire une transmission latérale du bruit d’un logement à un autre. Dans ce cas, des précautions au droit des parois séparatives sont à prévoir.

Isolation thermique en sous-pente de toiture

Lorsque cette technique n’est pas envisageable, on aura recours à une isolation en sous-pente de toiture. La pose d’un pare-pluie (s’il n’existe pas déjà) sur les chevrons est très fortement recommandée. Pour ce qui est de l’isolant, la première couche est placée entre chevrons. L’épaisseur de celle-ci doit impérativement être identique à la hauteur des chevrons et aucun vide d’air ne doit subsister entre ces deux éléments. La seconde couche croisée est ensuite mise en œuvre, permettant de réduire le pont thermique de la charpente. La pose du pare-vapeur se fait côté intérieur (coté chaud) avant finition. Ici encore, une attention toute particulière doit être portée pour assurer l’étanchéité à l’air de cette surface en tous points.

Et surtout, ne pas oublier l’étanchéité à l’air de la construction

Ces travaux de réhabilitation auront modifier l’étanchéité à l’air du logement, ce qui oblige à reconsidérer complètement la ventilation des locaux. Ce serait une erreur que de faire l’impasse sur ce point.
La gestion de la perméabilité à l’air des parois lors des travaux de réhabilitation énergétique doit être prise en compte dès les phases amont du chantier. Elle concerne l’ensemble des corps d’état et demande leur implication sans faille. Les efforts des entreprises qui posent l’isolation thermique et assurent cette étanchéité à l’air en paroi courante ne doivent pas être réduits à néant par la mauvaise mise en œuvre d’un élément, si mineur soit-il : prise électrique, tuyauterie, sortie de ventilation, cheminée, antenne de télévision, fenêtre de toiture, …
D’autre part, la mise en place d’une isolation thermique performante favorise la réduction des besoins de chauffage. Il est donc important de vérifier l’adéquation du système de chauffage existant avec les nouveaux besoins suite aux travaux réalisés (puissance installée, régulation, modulation, réglage loi d’eau, …).

Certificat PEB – Obligatoire dès la mise en vente ou location!

C’était dans les textes légaux depuis le lancement de la certification PEB, mais ce ne fut jamais appliqué par les acteurs. Manque de moyen et de contrôle, l’administration wallonne avait mis ce point de côté jusqu’à nouvel ordre.
Chose faite donc, cette obligation rentre d’application maintenant à partir du 1ier janvier 2015.

Certificat PEB OBLIGATOIREMENT affiché à partir du 1ier janvier 2015

Le certificat PEB est désormais obligatoire dès la mise en vente ou en location d’un bien en Région Wallonne.

Tous les bâtiments devront donc être en ordre de certificat PEB avant toute publicité liée à la vente ou la location du bien. Donc que ce soit une affiche sur la maison, une annonce dans une agence ou sur un site immobilier internet, il vous faudra afficher les indicateurs de performance énergétique (PEB).

résultat PEB

Eléments à afficher obligatoirement

  • la classe énergétique (la fameuse échelle allant de A à G)
  • le numéro du certificat
  • la consommation spécifique d’énergie primaire (en kWh/m²/an)
  • la consommation totale d’énergie primaire (en kWh/m²/an)

Quels sont les amendes ?

La procédure administrative est simplifiée à l’extrème:

  • si les paramètres du certificat ne sont pas affichés : 500€
  • si récidive du contrevenant dans les 3 ans: 1000€
  • si le certificat n’a pas encore été réalisé: 1000€

Et vue que les amendes administratives sont maintenant prélevées à la source (merci l’administration fiscale), il est fort à parier que tous se mettront en ordre rapidement…

A bon entendeur…

La thermographie pour découvrir les ponts thermiques et l’humidité, condensation assurée !

un exemple concret ?

La thermographie: outil de détection de la condensation

Vous avez probablement déjà vu tous vu dans une maison des petites taches noires,… généralement dans un coin du plafond et près d’une mur de façade… Oui, et bien, dites bonjour à la condensation et à ses conséquences.

condensation_01

Comment se produit la condensation ?

Le phénomène de condensation relève principalement de 2 problèmes:

  • une paroi froide
  • une humidité relative de l’ambiance importante (>60%)

Quand un air chaud humide rentre en contact avec une paroi froide, la vapeur d’eau contenue dans l’air passe à l’état liquide, et peut générer des dégradations (plâtres humides, formations de champignons,…).

Comment éliminer la condensation ?

Les 2 solutions pour éviter cette condensation sont:

  • éliminer les parois froides par une meilleure isolation (température des parois aussi proche que la température de l’ambiance)
  • réduire l’humidité relative à une valeur normale (+/-50%)

Si on ne peut pas agir sur toutes les parois froides (par exemple le sol ou les murs) en les isolant, on peut réduire de manière conséquente l’humidité relative en ventilant. Si on a des invisivents dans les chassis ou des ouvertures d’alimentations naturelles et des bouches d’évacuations dans les pièces humides (salle de bains, toilettes, cuisine,…), les normes de ventilations sont respectées. On veillera alors à ce que l’air circule correctement entre les points d’entrées
et de sorties.
Si l’un des 2 est obstrué, vous n’arriverez pas à évacuer l’air humide et la condensation perdurera.

J’attire l’attention sur le fait que l’ouverture d’une fenêtre, de par son caractère temporaire, ne suffit pas pour ventiler convenablement. Il faut impérativement une ouverture permanente réglable en hauteur (min 1,80m), dans les pièces de vie (chambres, salon,…).

Si les problèmes de condensations sont importants, vous pourrez améliorer cette ventilation en ajoutant dans la salle de bain un extracteur électrique commandé par une sonde humidité et/ou CO. Celle-ci fonctionnera tant que la valeur de référence n’est pas atteinte.

Et si le bruit vous dérange quand vous prenez votre bain ? Un truc simple est de le brancher sur l’éclairage de votre pièce, mais en utilisant le 3ième fil de votre cable comme phase. Le système ne se déclenchera que quand la lumière sera éteinte.

Un certificateur PEB compétent

Comment m’assurer de la qualité de mon certificat PEB ?

Sans rentrer dans les détails, il y a deux grands groupes de certificateurs:

  • ceux qui travaillent pour une centrale à travers toutes la wallonie,
  • et les indépendants comme econologiK qui sont principalement actifs dans leur région.
Les 2 approches sont différentes.
Les premiers doivent remplir leur agenda, et les seconds, nous donc, veulent qu’on parlent d’eux et qu’on les recommande.
Et si on veut qu’on parle de nous, on privilégiera la qualité et le prix compétitif.

Qui est votre certificateur PEB ?

econologiK est une entreprise familiale qui existent depuis 2010. Nous travaillons en tant que certificateurs PEB, et aussi dans les projets de nouvelles constructions ou rénovations en tant que Responsable PEB, coordinateur sécurité, sur les pathologies des bâtiments et la thermographie infrarouge.

Un certificateur PEB en région wallonne est avant tout une personne déjà formé au monde du bâtiment. Pour pouvoir devenir certificateur PEB, econologiK répond aux 2 critères suivants:

  • être ingénieur industriel,
  • et avoir un diplôme de l’enseignement supérieur sanctionnant une formation intégrant les aspects énergétiques des bâtiments.

Vous souhaitez travaillez avec nous ? N’hésitez pas à prendre contact avec nous.

Isolez, Bordel !!!!

Fini de faire dans le consensuel !

Isolez, c’est économisé !

Une isolation est un investissement. D’accord !
Mais une simple étude de retour sur investissement vous démontrera sans aucune ambiguité que vous récupérez votre argent après 4 ou 5 ans seulement (avec un R>4,00)… Même nos amis de test-achat nous le disent (ici).
Comment ? Simplement en récupèrant sur votre consommation qui chutera !