Amélioration d’un certificat PEB à Waterloo

A propos de Certificats PEB

Nous avons été chargé d’améliorer la certification d’un bien à louer sur Waterloo.

La maison, bien que fort agréable à vivre, présentait quelques désagréments ayant un impact directe sur le résultat de la PEB.
Chauffé à l’électrique (à accumulation et directe), isolé avec de la laine minérale en toiture (15cm), mur creux non ventilé, maison sur garage/cave, peu/pas de ventilation des locaux humides, chassis bois et double vitrage de 1988.

Le chauffage électrique pour la maison et l’eau sanitaire nous plombe encore une fois le certificat… et nous avons un G !

J’ai dès lors proposer mes services pour l’amélioration du certificat en modifiant quelque peu l’aménagement intérieur et en investissant dans un nouveau moyen de chauffage ‘local’.

Quelles solutions peut on dès lors proposer pour améliorer ce certificat peu valorisant ? 

Première démarche: l’isolation

Il faut considérer le bien comme une enveloppe qui doit être moins chauffée.
Quelles sont les parois de déperditions améliorables à moindre frais ? Le toit est bon (15cm en laine minérale), et isoler les murs sera compliqué et cher (ici par injection dans les murs creux). Par contre le plancher pourra être isolé par le dessous. Actuellement des plaque d’isolant en polyuréthane (PUR) se trouve facilement sur le marché, et sont encore raisonnable bon marché. Cela se pose facilement sur des murs ou plafonds droits, et on peut le faire soit-même. L’épaisseur est fonction de la hauteur de plafond, et un minimum de 6cm est conseillé.

Seconde démarche: amélioration de la ventilation.

Si la sdb est en toiture, on peut poser des vélux avec ouverture intégrée. Au sinon, je conseillerai d’aménager une petit extracteur d’air couplé sur l’interrupteur. Veillez à ventiler plus de 50% des locaux humides. La hotte d’une cuisine ne compte pas… !

Troisième démarche: le chauffage du bâtiment

Ici, on parle d’une démarche un peu plus fine et plus théorique. On va travailler avec une notion de chauffage préférentiel et de secteur énergétique. Sans rentrer dans les détails, il faut savoir que par exemple un chauffage au bois ‘local’ est prioritaire sur un chauffage électrique… et qu’un chauffage local peut devenir central si il y a des ouvertures constantes entre les locaux. Une autre solution consiste à s’équiper d’un système dit ‘distribué‘ comme par exemple une cassette bois avec ventilation forcée et distribué par des bouches de ventilation dans d’autres locaux.
Dans ce cas-ci, le client souhaitait mettre une poêle ou une cassette à bois. La maison ayant des combles latéraux non aménagés, il est dès lors facile d’y faire passer un tubage à partir de la cassette et de pulser l’air chaud dans les chambres de l’étage.

Quatrième et dernière démarche: chauffage de l’eau sanitaire

Ici, les pistes sont nombreuses. Avec une telle configuration, on privilègera l’utilisation du solaire thermique (6m²) si on a une toiture orienté sud. On aura toujours besoin d’un apport électrique pour éviter la salmonelle et durant les saisons nuageuses, mais on couvre facilement 3/5 de ses besoins.

 

Le résultat est édifiant. On passe à un D, en divisant par 2 l’utilisation d’énergie primaire !

On augmente ainsi de manière significative la perception de son bien, et les investissements consentis seront facilement remboursés lors de la vente.